La pression internationale est montée d’un cran sur Israël afin qu’il accepte la création d’une commission d’enquête sur l’assaut sanglant qu’il a mené la semaine dernière contre la flottille d’aide humanitaire « free Ghaza », destinée à la bande de Ghaza, alors que l’Etat sioniste refuse une telle commission. La Turquie, qui a vivement condamné l’agression sioniste contre « la Flottille de la liberté » dans laquelle neuf Turcs avaient été tués, a exigé lundi d’Israël de donner son feu vert à la création d’une commission d’enquête sur cet acte barbare, prévue par le droit international et proposée par l’Onu, comme condition préalable à la normalisation des relations turco-israéliennes. « Si Israël donne son accord pour une telle commission, les relations (bilatérales) vont naturellement prendre une autre direction, mais s’il continue d’échapper à cela, il ne saurait être question d’une normalisation des relations turco-israéliennes », a averti le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

APS