Israël consulte plusieurs pays dont les Etats-Unis sur les modalités de l’enquête qu’il compte mener au sujet de l’abordage sanglant par la marine israélienne d’une flottille turque qui transportait une aide humanitaire destinée à Gaza, indique un responsable israélien.
Le gouvernement israélien a refusé une enquête internationale, mais a fait savoir qu’il était disposé à intégrer des experts ou des observateurs étrangers dans sa propre commission d’enquête.
Mais Israël refuse que des membres des forces armées soient interrogés par des enquêteurs étrangers.
Selon ce responsable, les soldats ne seront interrogés que par des militaires, dans le cadre d’une enquête distincte menée par l’état-major.
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants israéliens pourront en revanche témoigner devant la commission d’enquête dont la composition fait l’objet des consultations actuelles.
Israël espère annoncer prochainement sa décision, a conclu ce responsable.
Dimanche, l’Etat juif avait repoussé une proposition du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, de créer une commission internationale d’enquête.
Londres a proposé lundi que le Quartet joue un rôle dans l’enquête sur l’intervention israélienne pour s’assurer d’une présence internationale lors des investigations.
« C’est très important qu’une enquête soit menée en présence de la communauté internationale », a déclaré le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, William Hague, lors d’une conférence de presse.
« L’Onu n’est pas la seule possibilité, le quartet en est une autre », a-t-il ajouté.

Reuters