Le Parisien indique ce lundi que trois joueurs de l’équipe de France sont à l’origine de la mutinerie observée dimanche à Knysna. Il s’agirait de William Gallas, Eric Abidal et Florent Malouda, tous trois déjà présents en 2006 en Allemagne.
A chaque jour sa peine. L’équipe de France touche un peu plus le fond à chacune de ses sorties, et cela dépasse désormais clairement le seul cadre du rectangle vert et de l’entendement. A la veille de son infime chance de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde face aux Bafana Bafana, il n’est même plus plus question de terrain, de tactique ou de joueurs. Mais de crise et d’image désastreuse, voire carrément honteuse, à la face du monde. En offrant un spectacle pathétique depuis deux jours, les Bleus se mutinent dans les règles de l’art. Une chose est sûre, la mascarade de dimanche a été préparée.

Trois trentenaires pas tous irréprochables sur le terrain

Venir à l’entraînement en basket (et non en crampons), aller à la rencontre des supporters pour signer des autographes, annoncer le boycott de l’entraînement, puis laisser une note à l’intention des journalistes pour justifier ces événements en laissant Raymond Domenech sen occuper requiert inéluctablement de la stratégie. Bunkérisés dans leur hôtel de luxe, Les Bleus, qui s’enfoncent dans le ridicule, ne se rendent pas compte de la répercussion de leurs actes. Pire, ils pensent sans doute qu’ils agissent de la meilleure manière qu’il soit.

Selon Le Parisien, trois joueurs seraient à l’initiative de la grêve dominicale pour des raisons bien différentes que celles habituelles pour le Seigneur. Selon toute vraisemblance, il s’agirait de William Gallas, Eric Abidal et Florent Malouda. Le Parisien ajoute que malgré les apparences, il y aurait des dissensions dans le groupe, mais que tous auraient suivi les trois « meneurs ». Trois titulaires, trois trentenaires habitués des joutes internationales qui prennent leurs responsabilités au pire moment. Surtout que les deux premiers sont loin de faire l’unanimité sur la pelouse, voire même dans l’état d’esprit pour le futur ex-Gunner.

Avant de s’envoler pour l’Afrique du Sud, l’équipe de France n’était déjà plus dans les petits papiers de ses supporters, afligés par le niveau de jeu produit et par un sélectionneur au discours et au choix incohérents. Au moins elle bénéficiait encore d’un certain respect. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, et c’est on ne peut plus logique. Elle fait honte ! Elle est méprisée et inspire, au mieux, la moquerie. 75% des Français espèrent ainsi que la bande à Domenech va terminer, ce mardi, par une défaite contre celle de Carlos Parreira. Elle ne l’aurait pas volée ! Histoire d’aller jusqu’au fond de leurs idées. Celles d’une descente aux enfers !

Goal.com