L’Institut International de Recherche sur la Paix (SIPRI), basé à Stockholm, vient de faire paraître son rapport annuel sur les armements, le désarmement et la sécurité internationale. Ce sont surtout les chiffres des dépenses militaires qui sont à souligner dans cette étude, puisqu’ils ont connu une augmentation de 5,9% en termes réels par rapport à 2008, et une augmentation de 49% depuis 2000. L’arrivée au pouvoir de Barack Obama aux Etats-Unis ou la crise financière mondiale ne semblent donc pas avoir eu d’impact sur le secteur militaire, bien au contraire.

En 2009, les Etats ont consacré 1 244 milliards d’euros au secteur militaire. L’étude souligne certes que de nombreux pays ont augmenté leurs dépenses publiques globales pour soutenir la demande. Mais « même si les dépenses militaires ne faisaient généralement pas partie des stimuli économiques, elles non pas été non plus coupées ».

Les Etats-Unis, avec une augmentation en termes réels de 47 milliards de dollars, ont représenté 54% de l’augmentation des dépenses militaires mondiales. Mais ce n’est pas le seul pays touché par la hausse des dépenses. Parmi les pays pour lesquels des données étaient disponibles, 65% ont augmenté leurs dépenses militaires en termes réels en 2009. Ce sont surtout l’Asie et l’Océanie qui ont connu la hausse la plus rapide, de 8,9%. Ne disposant pas de chiffres officiels pour la Chine, le SIPRI avance une estimation de 100 milliards de dollars de dépenses militaires. Quant à la France, elle se positionne troisième de ce classement avec 63,9 milliards de dollars.

D’après le Dr Sam Perlo-Freeman, chef du projet sur les dépenses militaires au SIPRI, « les chiffres montrent également que pour les grandes puissances ou les puissances intermédiaires telles que la Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil, les dépenses militaires reflètent un choix stratégique à long terme que ces pays sont disposés à faire, même dans une conjoncture économique difficile ».
Parmi les dépenses militaires 2009, 54 opérations de maintien de la paix ont été recensées en 2009, et le coût connu des opérations de maintien de la paix a atteint un nouveau sommet de 9,1 milliards de dollars. Le nombre de personnes affectées à ces opérations a également connu une augmentation de 16% par rapport à 2008. Pour les opérations en Afghanistan, les États-Unis ont plus que doublé leurs effectifs militaires et les dépenses annuelles dépassent désormais celles de l’Irak dans la proposition budgétaire pour l’année 2010. Les efforts stratégiques sont surtout axés sur la lutte antiterroriste, la lutte contre les stupéfiants et le renforcement des forces de sécurité afghanes.
Enfin, l’étude estime à 8100 le nombre de têtes nucléaires opérationnelle détenues en 2009 par les puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France, Inde, Pakistan et Israël). Près de 2000 d’entre elles ont été maintenues en état d’alerte élevé et sont susceptibles d’être utilisées en quelques minutes si nécessaire.

Iris
Voir le rapport de SIPRI ( En anglais)