Les nouvelles sanctions de l’ONU contre l’Iran empêchent la Russie de vendre ses missiles S-300 à l’Iran, a rapporté vendredi un responsable du Kremlin, une position contraire à celle annoncée la veille par le ministère des Affaires étrangères.
La résolution adoptée mercredi dernier par le Conseil de sécurité des Nations unies interdit à l’Iran de développer des missiles balistiques capables de transporter des armes nucléaires, d’investir dans des activités liées au nucléaire et d’acheter une certain type d’armes lourdes.
D’après le Kremlin, les S-300 tombent sous cette interdiction. sanctions. La Russie avait signé un accord de vente de missiles S-300 avec Téhéran en 2007, mais avait repoussé leur livraison.
Jeudi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Andreï Nesterenko avait estimé que la résolution ne s’appliquait pas à aux systèmes de défense aérienne, à l’exception des armes à projectile lancés à l’épaule.
Le service fédéral pour la coopération technique et militaire, qui supervise la vente d’armes, avait également avancé jeudi que les sanctions n’affecteraient pas la vente des S-300. Mais il est revenu sur ses propos après analyse de la résolution qui l’interdit bien.
Le président Dmitry Medvedev devrait donner dans un décret la liste des types d’armes qui ne peuvent pas être vendues à l’Iran, a précisé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

AP