La rencontre Algérie-Angleterre, prévue vendredi prochain à Cape Town, pour le compte du groupe C de la coupe du Monde 2010, s’annonce capitale pour les deux formations qui veulent se relancer dans cette compétition, après une entame ratée pour les Algériens et en demi-teinte pour les Anglais. Aussi bien dans le camp algérien qu’au sein de la sélection des « Trois Lions », le désir d’une victoire est indiscutable. Les deux coachs Rabah Saâdane et Fabio Capello s’attèlent à mettre au point la tactique adéquate pour surprendre l’adversaire.
Dos au mur, après leur défaite mal digérée face à la Slovénie (1- 0) lors du premier match de ce Mondial, les coéquipiers du gardien Fawzi Chaouchi, qui sera reconduit face aux Anglais, sont décidés à sortir de leurs gongs pour accrocher les favoris du groupe C et reprendre ainsi espoir pour la suite de la compétition. Les joueurs l’ont d’ailleurs clairement exprimé lors de leurs déclarations à la presse.

« Nous n’avons plus rien à perdre. Nous allons faire valoir nos atouts face aux Anglais, même si le match va être extrêmement difficile », a estimé Antar Yahia, alors que Bougherra soulignait que « tout reste jouable face à l’équipe d’Angleterre qui n’est pas une équipe imbattable ».
Le staff technique algérien, dirigé par Rabah Saâdane, mijote pour sa part « un truc » pour contrecarrer les Anglais. D’ailleurs, lors de la séance d’entraînement de lundi et, probablement, lors de celle prévue mardi soir, les joueurs algériens ont longtemps répété des exercices, suivis de tirs devant les buts, pour tenter de remédier à l’inefficacité chronique dont fait preuve le flanc offensif algérien.

Boudebouz fait peur aux Anglais

Saâdane, qui reconnaît cette grosse lacune, avait indiqué que « nous allons affronter les Anglais avec plus de percussion en attaque », avec la titularisation probable de Ryad Boudebouz (20 ans) qui pourrait, par son culot et ses énormes qualités techniques, donner plus de tonus à la ligne d’attaque algérienne.
Un joueur que les Anglais craignent particulièrement, selon les journaux britanniques, au vu de ses brèves apparitions lors des deux matches de préparation avec l’équipe nationale, contre l’Eire à Dublin et face aux Emirats arabes unis à Nuremberg et, au cours desquelles, il a fait étalage de qualités techniques indéniables.
Le quotidien « The Times » compare la probable titularisation de Boudebouz, vendredi prochain, à celle de l’Anglais Walcott lors du Mondial 2006 où ce joueur s’était particulièrement illustré.

Ce joueur devrait être incorporé, selon la presse britannique, « pour aider l’équipe algérienne à exploiter les insuffisances défensives » des Anglais. « Pour rester en course, les Algériens misent sur leur propre Walcott qui n’est autre que le jeune Boudebouz qui a laissé une bonne impression chez les joueurs, médias et supporters algériens lors de ses dernières prestations », poursuit le quotidien.

Capello : une crainte faussement dissimulée

Une crainte que tente de dissimuler le sélectionneur anglais Fabio Capello qui a subi des critiques acerbes pour ses choix, après le match face aux Etats-Unis.
Le coach italien a affirmé après le nul (1-1) contre les Américains, ne pas être inquiet et qu’il restait optimiste pour la suite de la compétition. « Je n’ai pas fait d’erreur et je ne suis pas inquiet pour l’avenir. On a fait un bon match, on s’est procuré 7 ou 8 occasions de buts, c’est du bon football », a affirmé Capello.
Appréciation que ne partage pas du tout l’ex-international allemand, actuel président d’honneur du Bayern Munich, Franz Beckenbauer, qui a secoué le camp anglais, en déclarant au Daily Mirror : « Ce que j’ai vu de l’Angleterre, lors du match face aux USA, ne ressemble pas à du football. J’ai eu l’impression que les Anglais ont fait un retour dans le passé avec le fameux ‘Kick and rush’. Je ne suis pas sûr que Capello puisse changer beaucoup de choses ».
Pourtant, Capello défend et persiste dans ses choix, en dépit de la bourde du gardien Green qui avait permis aux Etats-Unis d’ouvrir la marque, l’entraîneur des « Three Lions » va reconduire le même effectif face à l’Algérie, avec cependant un meilleur Wayne Rooney, comme le souhaite la presse britannique.
Auteur d’une prestation mitigée face aux Américains, Rooney semble avoir récupéré sa forme, puisqu’il s’est entraîné de nouveau mardi, après avoir fait l’impasse sur la séance précédente. Exténué après une saison très chargée, l’attaquant anglais semble ne pas avoir récupéré totalement de la blessure à la cheville contracté en mars dernier.
Une petite forme, ajoutée au pâle visage affiché par ses coéquipiers face aux Américains, que pourraient exploiter les Verts vendredi au Green Point Stadium de Cape Town.

APS