Algerie-Focus.Com lance une nouvelle rubrique intitulée « Débat Citoyen ».

Son principe : offrir une tribune à des vidéobloggeurs algériens et étrangers qui sont invités à s’exprimer brièvement et donner leurs avis sur des sujets proposés par la rédaction, en préambule à des débats plus élargis.

Pour commencer, nous avons demandé à nos intervenants de nous livrer leurs appréciations à propos de « l’élite algérienne », sa définition selon eux, son éventuel rôle dans la société et est-ce qu’elle (l’élite) assume ce rôle ?

Voici un résumé de leurs réponses :

Pour Civicdz, l’élite est composée d’un « groupe de personnes qui excellent dans leurs domaines respectifs ». Selon lui l’élite algérienne existe bel est bien, mais elle est dans l’incapacité d’assumer pleinement sa mission de « développement de la société », car elle est elle même victime d’un système défavorable à son émancipation. Par conséquent, demander à cette élite de jouer son rôle reviendrait à exiger d’un « cancéreux en plein chimiothérapie, qui lutte pour sa survie, d’aller faire du sport », conclue-t-il.

Crisalyde 16 estime quant à elle que la véritable élite- contrairement à la « fausse élite, fabriquée par les médias mensonge »- est celle qui « n’a pas perdu sa conscience », elle est donc « incorruptible ». Cette « authentique élite » se distingue par « son honnêteté intellectuelle », « elle est capable de s’effacer pour le bien-être de la majorité », dit-elle.

Moins exigeant avec l’élite, qu’il estime « exogène », et pas nécessairement politisée, Kromagnon 1999 appelle pour sa part à l’action citoyenne. Chaque individu, « du fellah jusqu’au président de la République, en passant par le professeur de fac ou le médecin » chacun donc est « responsable de sa destinée ». Et faire porter la responsabilité uniquement sur l’élite, c’est quelque part « dédouaner le citoyen » en le « déresponsabilisant ».

Hchicha exige en revanche plus d’implication de la part de l’élite. Pour lui, celle-ci ne peut se considérer comme tel (élite) que si elle est « proche du peuple ». C’est la condition intrinsèque à son essence. Elle est en quelque sorte le porte voix « des revendications, des aspirations, des peurs du peuple, auquel elle est attachée ». Son action doit se manifester « à l’intérieur de la société, sur le terrain ».

Un peu philosophe, Madmax pense que la véritable élite ne se révèle qu’en temps de crise. « La définition de l’élite est tributaire du contexte et des évènements » précise-t-il. C’est au moment du naufrage, quand le « Titanic coule » où les apparences ne comptent plus, c’est à cet instant que les gens démontrent à travers leurs actes s’ils font vraiment partie de l’élite ou pas.

RAF

PS: cet espace de Débat Citoyen est ouvert à tout le monde. Envoyez nous vos interventions ICI. Le prochain sujet, qui fera l’objet d’un nouveau dossier sur Algerie-Focus.com, est le suivant : « Guerre des religions: réalité ou manipulation ? » A vos webcams.