Sous d’autres cieux, la manière dont l’affaire «Djezzy» a été gérée aurait provoqué la chute d’un gouvernement. En Algérie, l’ineptie et le non-sens total de nos dirigeants ne font que nous conforter dans l’idée que notre pays a été transformé en un vaste champ de ruines politiques, ridicule et complètement déphasé.

Notre Président, comme son Premier ministre, «gouvernent» ce pays avec des cervelles dont le développement a fait un long et interminable arrêt au milieu du 20ème siècle. D’où la risée. Sinon comment expliquer qu’une simple transaction financière s’est transformée en une forte leçon de modernité, dispensée par les Russes et les Égyptiens, pourtant pas les plus impérialistes de ce monde ? Sur le cas «Djezzy», les dirigeants algériens ont clairement déconné.

Nos économistes auront beau tenter d’expliquer techniquement le fiasco du rachat de «Djezzy» par le Gouvernement, l’affaire doit être appréhendée sous l’angle de la psychologie car c’est dans la tête que nos gouvernants ont un sacré et évident problème.

Déni de la réalité économique du 21ème siècle, copinage manifeste, gestion clanique d’une affaire d’Etat, communication chaotique et absence criarde de maître à bords : les Algériens ont présenté dans cette affaire tous les symptômes d’une schizophrénie, non pas pathologique auquel cas elle serait tolérable, mais par ignorance et entêtement.

Maintenant que les puissants Russes ont repris le dossier en main, les Algériens ne peuvent que contempler les dégâts de leur sous-développement mental puisque l’illusion d’autorité qu’ils entretenaient avec le patron d’Orascom n’est plus de mise. Pour éviter le ridicule, ll aurait mieux fallu faire semblant d’accepter le deal et arguer obtenir des avantages en termes de partenariat avec les Russes.

Ca aurait au moins pu sauver l’image. Il n’en fut rien. L’Algérie passe désormais pour un pays pigeon en plus d’être déjà mis dans la posture d’un État instable, incohérent et mafieux. Le message est clair : si vous-êtes un investisseur sérieux ne venait pas en Algérie, il n’y a de place que pour nos confrères escrocs!

Hicham A.