Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné, lundi à Tripoli, que l'Afrique aspire à se hisser de son statut de puissance potentielle à celui de pôle de croissance et de développement. "Pour peu que ses efforts soient adéquatement accompagnés, l'Afrique qui aspire aujourd'hui à se hisser de son statut de puissance potentielle à celui de pôle de croissance et de développement, peut légitimement aspirer également à passer du stade de consommation des TIC à celui de l'industrie et de la production", a affirmé le chef de l'Etat dans un discours sur le thème "L'intégration régionale, le secteur privé, la science et les nouvelles technologies de l'information et de la communication". Le président Bouteflika, qui s'exprimait au 3e sommet Afrique-Union européenne (UE), a, ainsi, considéré qu'il n'est pas fortuit que le volet TIC occupe une large place dans le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique et dans le Plan d'action africain pour la période 2010-2015.
Le chef de l'Etat a souligné, en outre, que l'intégration du NEPAD dans l'UA et la création conséquente de l'agence du NEPAD avec pour mandat, principalement, de faciliter et de coordonner la mise en œuvre des programmes et projets continentaux et régionaux dans les secteurs prioritaires pour l'Afrique, marque l'engagement du continent en faveur du renforcement de l'intégration régionale. A cet effet, le président de la République a fait remarquer que, sans un développement adéquat des infrastructures, en particulier des transports et des technologies de l'information et de la communication, l'impact des efforts déployés en vue du renforcement du commerce régional et interrégional ne sera que limité.

Le président Bouteflika a indiqué que c'est dans cette optique que l'Algérie a inscrit la réalisation de la route transsaharienne, la construction de l'autoroute Est-Ouest ou les projets de gazoduc et de câble de fibre optique devant relier le Nigeria et l'Algérie.

Advertisement

APS