Le Premier ministre français, François Fillon, a appelé samedi à la fin des violences en Egypte, secouée par de violentes manifestations contre le président Hosni Moubarak.

En visite au Mans (Sarthe), le chef du gouvernement a fait part de son inquiétude au cinquième jour du mouvement de contestation sans précédent contre un régime en place depuis 30 ans.

« Nous sommes extrêmement préoccupés. L’Egypte est un grand pays qui compte énormément pour la stabilité du Moyen-Orient », a déclaré François Fillon à la presse à propos de la situation en Egypte, où résident environ 10.000 Français.

« Il faut que les violences s’arrêtent », a-t-il ajouté. « Personne ne peut accepter qu’il y ait des morts. Personne ne peut accepter ce déchaînement de violence. »

Selon un bilan encore provisoire, les heurts ont fait des dizaines de morts en Egypte, où le président Hosni Moubarak a annoncé vendredi soir un remaniement ministériel.

Pour le Premier ministre français, « il faut que les réformes qui sont annoncées se mettent en place. Il faut que le peuple ait un espoir d’avancer sur le chemin de la démocratie et de la liberté ».

« Ce que nous disons simplement au gouvernement égyptien, c’est qu’il faut qu’il entende les revendications. Il faut que la violence cesse et que le dialogue s’installe », a ajouté François Fillon. « Il faut qu’il y ait des signes qui soient donnés, que les réformes que le président Moubarak a promises soient engagées. »

Reuters