La formation au sein de l’Armée nationale populaire (ANP) s’inscrit dans la tradition de l’Armée de libération nationale (ALN) dans ce domaine et tend à se mettre au diapason des exigences de modernisation en intégrant les nouvelles technologies, ont souligné lundi à Alger des spécialistes et des cadres de l’ANP. Intervenant lors d’une journée parlementaire sur « La formation militaire: de l’ALN à l’ANP », organisée par la commission de la défense à l’Assemblée populaire nationale, le lieutenant-colonel Fayçal Merdaci a relevé que « la formation au sein de l’ANP, héritière de l’ALN, est gérée à un rythme impliquant une adaptation permanente aux développements technologiques et qui détermine fondamentalement les politiques de recrutement, de formation et d’entraînement ». Il a évoqué, dans ce cadre, les nouveaux défis que l’ANP doit, outre ses missions traditionnelles, relever, à savoir la lutte contre les crimes transnationaux, notamment la lutte antiterroriste, et l’émigration clandestine. Ces nouvelles missions ont impliqué pour l’Armée de nouvelles obligations au plan de la formation, notamment dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et du commandement.

APS