L’ancien capitaine de l’équipe de France a décidé de riposter après les propos outranciers tenus par l’humoriste Christophe Alévêque à son propos.

Zinedine Zidane n’aime pas se faire insulter, tout le monde le sait bien depuis la fameuse finale de la Coupe du monde 2006. Zidane avait asséné un coup de tête rageur sur la poitrine de Marco Materazzi. L’Italien avait eu des mots à l’encontre de la famille du joueur et avait récolté en guise de réponse l’incartade de Zizou.

Plus récemment, c’est l’humoriste Christophe Alévêque qui avait eu des mots très durs à propos du chouchou des Français. « Ce mec est un panneau publicitaire qui a trois neurones, qui nous a fait perdre la Coupe du monde 2006. Qui, maintenant, profite de son image à outrance. Pour moi, c’est une forme de prostitution. Ce mec est une pute ! », avait lâché le trublion dans les colonnes de SportMag, le 28 décembre dernier.

Des paroles inacceptables pour l’ancien numéro 10 des Bleus qui a prévu de porter l’affaire devant les tribunaux: « M. Zidane a décidé de se défendre parce que les termes utilisés dans cet article sont extrêmement durs et outranciers. Nous ne sommes plus dans l’humour et dans la plaisanterie. On attaque la personne dans sa dignité », explique Me Brusa, avocat à la cour de Paris sur les ondes de RMC.

Alévêque: « Qu’il crève dans le yaourt »

En effet, celui qui est en tournée actuellement avait également pointé du doigt l’argent gagné par Zidane pour sa contribution dans le dossier qatari lors de l’attribution du Mondial 2022: « Ce qu’il fait, c’est toujours en fonction de son nombril. C’est écoeurant. J’espère que les 11 millions qu’il a pris (pour le Qatar, ndlr), il a les a donnés à une association, sinon c’est un scandale. Ce n’est pas son coup d’essai, il en a fait d’autres. Ambassadeur de Danone… Qu’il crève dans le yaourt ! Il avait des qualités de footballeur exceptionnelles, mais moi ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus. L’image qu’il véhicule pour les jeunes de banlieue… Il ne fait rien, il prend du fric ».

Les représentants de Zinedine Zidane ont pris contact avec Christophe Alévêque pour tenter d’arranger l’affaire: « Il faudra trouver des solutions concrètes. Ça peut aller jusqu’aux voies judiciaires et aux sanctions pénales », menace Me Brusa avant d’ajouter: « Si procès et sanction il y a, les potentiels dommages et intérêts seront reversés à une association caritative ». Rira bien qui rira le dernier.

Chronofoot
(*)Titre de la rédaction