Le projet du gazoduc Medgaz reliant directement l’Algérie à l’Espagne est opérationnel dans sa partie algérienne et sa mise en service est « imminente », ont affirmé hier à Beni Saf dans la wilaya de Ain Temouchent des responsables du projet.
La station de compression de Beni Saf, alimentée par le pipe-line (GZ4) provenant de Hassi R’mel (Laghouat) est « fin prête » pour procéder au pompage du gaz vers le sud de l’Espagne, a déclaré à des journalistes le directeur régional de la société de transport par canalisation (TRC), filiale du groupe Sonatrach, M. Mohamed Tayeb Cherif.
Selon ce responsable qui s’exprimait lors d’une visite de présentation du complexe de Beni Saf, tous les essais techniques préalables à la mise à gaz du gazoduc ont été terminés.
« Le gazoduc est actuellement en stand by. Sa mise en service est imminente », a affirmé M. Tayeb Cherif.
De son côté, le responsable de la société Medgaz à Beni Saf, Miloud Beddad, a précisé que les essais techniques liés, entre autres, au fonctionnement des équipements de traitement et de compression de gaz, alimentation en énergie ainsi que la sécurité des installations étaient entamés en juin 2009, alors que la mise à gaz expérimentale des équipements a été effectuée début novembre 2010.
M. Beddad a assuré, dans ce sens, que ces essais, bouclés en janvier dernier, ont permis de s’assurer de la fiabilité du gazoduc pour une « exploitation sécurisée ».
S’agissant du volet environnement, une étude d’impact dans la région menée en amont du projet a été approuvée et avalisée par les autorités compétentes, notamment le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, a, en outre, assuré M. Tayeb Cherif.
Le complexe de Beni Saf, situé dans la localité de Sidi Djelloul à mi-chemin du chef lieu de la wilaya de Aïn Temouchent, est composé de deux infrastructures à savoir le terminal arrivée du GZ4 acheminant du gaz à partir du gisement de Hassi R’mel sur une distance de 638 km, et la station de compression de gaz destinée à l’Espagne via un tube sous-marin de 200 km de longueur.
Le GZ4, dont la capacité annuelle est estimée à 11,4 milliards de mètres cubes, est en grande partie destiné à alimenter le Medgaz (8 milliards m3 par an), la capacité restante étant réservée à fournir du gaz naturel pour les centrales électriques de Hadjret Ennous (Tipaza) et Terga (Aïn Temouchent) ainsi que la zone industrielle d’Arzew en fonction des besoins de chaque installation et aussi de la capacité du pipeline, explique-t-on.
La station de compression est, quant à elle, composée de trois unités: une unité de filtrage, une autre de détente (décompression de gaz) et une station de comptage dont la mission est de comptabiliser le gaz commercialisé vers l’Espagne.
La quantité de gaz commercialisée et comptabilisée par cette unité est soumise à une vérification quotidienne tripartite de la part du fournisseur (Sonatrach), le client (Medgaz) et l’autorité chargée de contrôler le commerce extérieur (Douanes), a-t-on ajouté. Le gazoduc Medgaz est d’un diamètre de 24 pouces qui traverse la Méditerranée et reliera l’Algérie à l’Europe via l’Espagne. Il est d’une longueur de 1.050 km dont 550 km sur le territoire algérien et d’une profondeur de plus de 2.000 mètres.
Le consortium Medgaz, créé en vue de la réalisation de ce gazoduc a été transformé en 2004 en société de construction après avoir achevé les études de faisabilité.
La société nationale des hydrocarbures Sonatrach et la compagnie espagnole Cepsa détenaient chacune 20% du capital de Medgaz. Le reste des actions est réparti à parts égales (12%) entre Totalfinaelf, Gaz de France, BP, Iberdrola et Endesa.
Le projet a été classé par le gouvernement espagnol en 2004 dans la catégorie  »A », ce qui lui confère un caractère prioritaire dans le plan énergétique espagnol.
Son coût global est estimé à plus d’un milliard d’euros dont plus de 420 millions représentant la partie algérienne réalisée dans sa totalité par une main d’œuvre locale.

El Moudjahid