Plusieurs centaines de Tunisiens ont manifesté vendredi à Sidi Bouzid après la mort dans un incendie de deux jeunes gens en garde à vue au commissariat, rapportent des témoins et des médias tunisiens.
Sidi Bouzid est la ville-symbole de la « révolution du jasmin » qui a balayé le régime de Zine ben Ali. C’est dans cette localité du centre de la Tunisie que Mohamed Bouazizi s’est immolé par le feu le 17 décembre. Son geste est considéré comme l’événement fondateur de la révolution.

« A la suite d’un incendie qui s’est déclaré vendredi après-midi dans un commissariat de police de Sidi Bouzid, deux jeunes gens arrêtés pour des faits liés à leur état d’ébriété ont péri dans les flammes », rapporte l’agence officielle de presse TAP, qui ajoute qu’une enquête est en cours pour déterminer les causes de cet incident.
Selon des témoins, plusieurs centaines de jeunes gens se sont rassemblés devant le commissariat pour manifester leur colère.

Reuters