Le vent de révolte gagne la Libye. Ce qui est appelé «Mouvement du 17 Février» appelle à une journée de protestation ce jeudi 17 février 2011 contre le Régime d’El Kadhafi, cette date faisant référence à la répression sanglante des manifestation de Benghazi en 2006.

Pour contrer la vague de protestation qui rattrape Al Jamahiriya, Le Guide libyen ne manque pas d’imagination. Le 2 février dernier, il a commencé par arrêter l’opposant Djamel El Hadji, leader dudit Mouvement. Ensuite, le Régime libyen a instruit les deux opérateurs mobiles «Al Madar» et «Libyana» de diffuser un SMS, signé par El Kadhafi, qui fait appel au peuple libyen pour une contre-manifestation, le même jour, en signe de soutien au Régime, apprend «Algérie-Focus.Com» de source diplomatique.

Peu avant, El Kadhafi avait menacé les chefs des tribus libyennes en les mettant en grade contre toute forme d’insurrection. Des informations obtenues par «Algérie-Focus.Com » font même état d’une expédition punitive ayant visé, début février, la ville de Zawiya, à l’ouest de Tripoli.

Selon nos sources, Le Guide libyen devra annoncer prochainement un remaniement ministériel pour calmer les esprits. Il semblerait que pour apprivoiser les tribus de l’Est, historiquement rebelles, El Kadhafi songe sérieusement à nommer un Premier ministre issu de la Région.

Anticipant le coup, El Kadhafi devra, selon nos informations, annoncer prochainement son «retrait» de la scène internationale pour se consacrer aux affaires internes de son pays.

Sur le plan médiatique, Tripoli n’y va pas par quatre chemins : Il menace le Qatar de rupture des relations diplomatiques dans le cas où «Al Jazeera» venait à essayer de « déstabiliser » le Libye, rapporte le quotidien libyen «Al Ghad», propriété de… Seïf El Islam Khadafi.

Diana Meftah