L’ex-ministre de l’Intérieur égyptien, Habib Al-Adly, limogé lors du remaniement survenu fin janvier, est soupçonné d’être derrière l’attentat perpétré contre une église copte d’Alexandrie, le 31 décembre 2010. L’explosion avait fait 23 morts et une centaine de blessés.

L’information, révélée par Al-Arabiya, a également été diffusée par Al-Jazeera.

Lundi, le procureur général Abd-el-Majid Mahmud a considéré qu’il existait suffisamment d’éléments « sérieux » pour ouvrir une enquête sur l’ancien ministre. Il a d’ailleurs déposé une requête de mise en examen auprès de la haute cour de sûreté.

Par ailleurs, des dizaines de plaintes ont été déposées contre Habib Al-Adly par des citoyens et des avocats, qui l’accusent de violations des droits de la personne, commises depuis sa désignation comme ministre de l’Intérieur, en 1997.

L’avocat Mamdouh Ramzy, un des plaignants, a indiqué que, selon ses informations, l’ancien ministre de l’Intérieur a mis sur pied depuis six ans une organisation secrète qui employait d’anciens islamistes radicaux, des trafiquants de drogue et des sociétés de sécurité pour mener des actes de sabotage.

M. Ramzy a expliqué que sa plainte était basée sur des articles de presse et des blogues faisant référence à des informations diplomatiques britanniques confidentielles.

Habib Al-Adly avait accusé le groupe L’armée islamique de Gaza d’être l’auteur de l’attentat, ce que le groupe avait démenti.

Radio-Canada.ca avec Al-Arabiya et Al-Jazira