Alors que la révolte populaire continue de se propager dans le monde arabe, le Maroc retient son souffle et prépare ses troupes. En effet, une vingtaine d’associations civiles et des droits de l’Homme vont participer à la marche pacifique prévue pour le dimanche 20 février afin de réclamer le « respecter la volonté des citoyennes et des citoyens marocains de manifester pacifiquement ainsi que leur droit de s’exprimer d’une manière civilisée sur leurs aspirations à un État, où ils jouissent de la liberté, la dignité et des droits les plus élémentaires ».

Pour parer à un éventuel débordement le roi du Maroc Mohamed VI anticipant les évènements s’est retiré queqlues jours dans son château de Betz, à l’Oise, en France, afin de s’entretenir avec le président Français Nicolas Sarkozy de la manière de gérer cette crise annoncée, a révélé le site RUE89.

Selon le journaliste marocain opposant Ali Lmrabet, une journaliste française de France 3 a tenté de filmer cette rencontre mais « a été agressée par un porte flingue de M6 qui la sommé d’effacer les images », avant que la Gendarmerie française n’intervienne pour expliquer aux agents de Mohamed VI « que la France c’est pas comme dans son Maroc et qu’en France on a le droit de filmer sur la voie publique », écrit le journaliste sur Facebook.

Du matériel anti-emeutes livré par Israël

Toujours selon Ali Lmrabet le Maroc a commandé récemment du matériel anti-émeutes à l’Etat hébreu. Le Maroc a choisi Israël pour éviter des fuites dans la presse occidentale sur l’achat de ces équipements, explique le journaliste. Ce matériel a été acheminé par mer à bord de deux cargos de transport de troupes C130, et a été réceptionné il y a une dizaine de jours à l’aéroport militaire de Ben Slimane, rajoute la même source.

RAF