A Benghazi, deuxième ville de Libye, 60 personnes ont été tuées pour la seule journée de dimanche, selon Human Rights Watch, qui faisait état lundi matin d’un total de 233 morts dans tout le pays. « L’est du pays est uni, Benghazi par exemple est une ville à nous. Mais nous sommes inquiets pour la capitale Tripoli », commente « Mohamed », sur les images en direct de Benghazi. « Les soldats sont avec nous », ajoute-t-il, affirmant que les armes sont collectées pour les mettre en sécurité et demandant de l’aide pour les blessés qui affluent. La BBC affirme que le colonel Kadhafi aurait bien quitté Tripoli, confirmant des rumeurs par des « sources indépendantes ». Le Guardian, lui, ne confirme pas encore.

La Libye propulse le pétrole au-delà des 105 dollars. Ce niveau n’avait pas été atteint depuis septembre 2008.

En Libye, plusieurs villes dont Benghazi et Syrte, sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée, a affirmé lundi la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH) qui avance un bilan de 300 à 400 morts depuis le début du soulèvement.
Le Premier ministre britannique, en déplacement au Caire, a commenté la situation libyenne. « La réponse aux aspirations des manifestants, dans ce pays et dans d’autres, doit être la réforme, pas la répression ». David Cameron a ajouté: « Ce qui se passe en Libye est effroyable et inacceptable, le régime utilise les formes les plus vicieuses de répression contre des gens qui veulent voir avancer leur pays, l’un des plus fermés et autocratiques du monde ».

L’Express