Un programme national conduit par le ministère du Commerce et celui de l’Intérieur et des collectivités locales pour le « traitement » du commerce informel sera mis en oeuvre avant la fin de l’année, a indiqué dimanche à Alger le ministre du Commerce, Mustapha Benbada. Lors d’un conseil des ministres tenu au début du mois, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait instruit le gouvernement d »alléger » les formalités et procédures destinées au transfert du petit commerce informel sur la voie publique vers des sites aménagés, en « concertation » avec les associations et représentants des concernés.

« Il ne s’agira pas de légaliser l’informel mais de le traiter et de l’intégrer à travers plusieurs mesures et facilitations gouvernementales »,

a-t-il précisé à la presse en marge d’une réunion avec les cadres centraux et régionaux du ministère. Un groupe de travail composé des cadres des deux ministères a été installé en octobre dernier pour identifier ces mesures, a-t-il rappelé.
Parmi les mesures proposées par le département du Commerce, M.Benbada a cité « l’autorisation des jeunes commerçants à occuper des espaces aménagés même sans registre de commerce ». Une « carte délivrée par la commune, par exemple, peut provisoirement substituer ce registre », a-t-il ajouté.

Il a également évoqué « une exemption fiscale temporaire » au profit des commerçants activant dans l’informel pour les encourager à intégrer sereinement le marché formel.

APS