Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, a exprimé samedi à Alger son refus « catégorique » au financement, par des entreprises pétrolières étrangères, de projets relevant du secteur de la santé dans le sud du pays. « Je refuse que des sociétés étrangères financent ces projets, alors que le budget du secteur s’élève à 233 milliards de DA », a indiqué M. Ould Abbès à la clôture de la conférence nationale de trois jours sur la politique de santé et la réforme hospitalière. Il a ajouté que son secteur « n’acceptera jamais » un financement étranger, dans le sud du pays, des projets relatifs à la santé, affirmant que « c’est un problème de souveraineté ». Toutefois, a-t-il dit, « les entreprises algériennes, telles que Sonatrach, peuvent participer à ce financement ».

APS