Une Tunisienne était hospitalisée dans un état grave après s’être immolée par le feu jeudi devant le siège du gouvernorat (préfecture) de Monastir, à 180km au sud-est de Tunis, a rapporté l’agence officielle TAP.
Citant une source médicale, la TAP précise que la victime est atteinte de brûlures de troisième degré. Elle a été transférée à l’hôpital universitaire Fattouma Bourguiba à bord d’un véhicule de la protection civile.

Tout en disant ignorer les raisons qui l’ont poussée à cet acte, sa soeur a expliqué que la victime rencontrait des difficultés pour obtenir de la caisse d’assurance maladie des médicaments pour son mari qui est atteint d’un cancer et qui venait d’être opéré.

La révolte qui a conduit à la chute du régime du président Zine El Abidine Ben Ali est née après l’immolation de Mohamed Bouazizi. Ce vendeur ambulant, dont la marchandise venait d’être confisquée par la police, s’était aspergé d’essence le 17 décembre dernier à Sidi Bouzid, une région déshéritée du centre-ouest. Il est décédé le 5 janvier.

Entre temps, les tentatives de suicide s’étaient multipliées, tout comme les manifestations antigouvernementales.

AP