«Un médecin, au fait de la santé du président Bouteflika nous a affirmé dans la plus stricte confidentialité que le président souffrait d’un cancer –comme cela était largement soupçonné– mais qu’il était actuellement en rémission, autorisant le président à remplir sa fonction », rapporte l’ambassadeur des États‑Unis à Alger de l’époque, Robert Ford, selon un câble de wikileaks.

Algérie Politique