Plusieurs parcelles d’une superficie globale de 710 hectares (ha) ont été identifiées cette année à travers tout le territoire national pour les convertir à l’agriculture biologique, un créneau à l’état embryonnaire en Algérie, a-t-on appris dimanche auprès d’un responsable du secteur agricole. Cette superficie a plus que triplé par rapport à 2010, durant laquelle le secteur agricole a ciblé 200 ha dont 160 ha sont déjà entrés en production de datte à Biskra, a indiqué à l’APS Kheirddine Skour, responsable au ministère de l’Agriculture et du Développement rural chargé de la protection des sols des zones arides et semi-arides. L’identification de ces terres a pour objectif de cibler l’accompagnement technique des exploitants en vue de convertir leurs superficies en culture bio, c’est à dire, faire des analyses du sol avant de certifier son caractère biologique. La priorité est donnée aux terres ayant une tendance vers le bio, c’est à dire, celles qui n’ont pas subi de fertilisation chimique par les engrais pendant au moins trois ans, une période nécessaire pour la conversion d’une terre vers le bio.

APS