Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, a affirmé, mercredi à Alger, que la révision de la Constitution algérienne s’imposait car la constitution actuelle « a été élaborée, selon lui, dans des conditions différentes de celles d’aujourd’hui ». Invité de l’émission « Tahaoulat » (Mutations) de la chaîne I de la radio nationale, M. Belkhadem a indiqué que son parti avait déjà appelé auparavant à une révision « profonde » de la constitution pour à la fois « déterminer le système de gouvernance, élargir les prérogatives de la représentation populaire et établir les différentes formes de contrôle ». Concernant le contenu de cette révision, M. Belkhadem souligne qu’il faut « d’abord procéder à une révision de la loi électorale » et « examiner certaines questions fondamentales ». Pour ce faire, il a appelé les partis politiques à exprimer leurs positions et leurs idées sur ces « questions importantes ».

APS