L’ouverture du secteur audiovisuel au privé ne figure pas dans l’agenda du gouvernement.

«L’ouverture de l’audiovisuel n’est pas encore à l’ordre du jour à ma connaissance», a déclaré le ministre de la Communication, Nacer Mehal.
S’exprimant, hier en marge de l’ouverture de la session du printemps du Parlement, le ministre estime que la priorité est actuellement à la réorganisation des chaînes de la radio et de la télévision nationales. «L’étude du texte concernant la réorganisation juridique de la radio et de la télévision est pratiquement arrivée à son terme. Le texte sera présenté au gouvernement dans une ou deux semaines», explique-t-il.
Le ministre relève, toutefois, que ces deux médias lourds n’ont pas attendu la validation de ce texte pour qu’il y ait une expression «plurielle en leur sein».

«Les gens sont en train d’évoluer et font des efforts énormes pour pouvoir s’adapter à cette nouvelle situation», déclare-t-il. Selon lui, chacune des cinq chaînes de télévision publique, existant actuellement, aura à l’avenir son cachet propre et ciblera son public par une grille spéciale. «Le clonage entre les différentes chaînes cessera pour arriver à une émulation entre-elles», dit-il, notant que «la distinction entre les chaînes se fera au niveau du contenu du programme et la manière de présenter les choses».
«2011 est une année transitoire. En 2012, les trois chaînes de télévision produiront chacune son propre journal et des programmes en mesure de satisfaire les téléspectateurs. Il s’agit du respect des téléspectateurs et d’une évolution normale», ajoute-t-il.

Madjid Makedhi
El Watan