L’Algérie a réaffirmé lundi que l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Libye était du seul ressort du Conseil de sécurité des Nations unies, responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales, conformément aux dispositions de la Charte de l’ONU, a-t-on indiqué de source diplomatique algérienne. Cette source a rappelé par ailleurs que les décisions au sein de la Ligue arabe « sont adoptées par consensus » et « ne font pas l’objet d’un vote » et c’est ce principe qui a été observé à l’occasion de la session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe du 12 mars 2011 au Caire. Lors de la session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères, tenue au Caire, le 12 mars 2011, de même que lors de sa précédente session du 2 mars 2011, l’Algérie avait rappelé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, les liens qui unissent les peuples libyen et algérien et appelé à l’arrêt « immédiat » des violences et à l’effusion du sang, a mis en évidence la même source.

APS