Le Président Bouteflika a relevé Djamel Kherchi de ses fonctions de Directeur Général de la Fonction publique, rapportent aujourd’hui mercredi 16 mars 2011 les deux quotidiens arabophones «Ennahar» et «Echourouk». Après 12 ans passés à la tête de cette toute puissante institution de la Présidence, M. Kherchi a été remplacé par un de ses proches collaborateurs, M. Bouchmal, précisent ces mêmes sources.

Djamel Kherchi occupait jusqu’à présent le poste de DG de la Fonction publique, probablement, le plus grand employeur d’Algérie. Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage, M. Kherchi est un cacique élevé dans la pure tradition du système algérien. Il a souvent été désigné comme responsable du retard qu’a accusé la revalorisation salariale décidée en 2007, qui n’a pu être appliquée que 3 ans après, à cause justement de la gestion de M. Kherchi.

Il est aussi tenu pour responsables des mouvements de grèves récurrents qui touchent l’enssemble le secteur public puisque freinant souvent la promulgation des statuts des différents corps, ceci en plus des scandales qui entachent souvent les concours de recrutement et les retards dans les annonces des résultats. Le ministre de l’Education, Boubkeur Benbouzid a ouvertement accusé le DG de la Fonction publique de pourrir la situation au sein de son secteur.

Louisa Hanoune avait déclaré à son égard qu’il avait créé une épublique au sein de la République. Quant aux employés et aux fonctionnaires du Public, M. Kherchi représentait pour eux tout ce que l’Administration avait de mauvais en elle. On lui prêtait plus de pouvoir que les ministres, ce qui s’est avéré vrai à plusieurs occasions.

Nina A.