Des étudiants de différentes écoles et universités d’Alger poursuivaient jeudi leur mouvement de grève pour revendiquer une « valorisation effective » du diplôme d’ingénieur d’Etat et l’élaboration des textes régissant l’équivalence entre l’ancien système de l’enseignement supérieur et le nouveau, a-t-on constaté. La plupart d’entre eux affirment qu’il ne reprendront les cours que lorsque l’abrogation du décret 10-315 du 13 décembre 2010 sera publiée au journal officiel. « Nous n’envisageons pas de reprendre les études, tant que l’abrogation du décret 10-315 n’est pas publié au journal officiel », ont déclaré des étudiants de l’Institut national des statistiques et de la planification (INPS).

APS