Les autorités algériennes ont accordé une aide financière de 100 M$ (721 M€) au gouvernement tunisien.
Cette décision a été annoncée à l’occasion de la visite du nouveau Premier ministre tunisien, Béji Caid Essebsi, le 15 mars 2011 à Alger. A la tête du gouvernement provisoire tunisien, ce dernier s’est entretenu avec le président Bouteflika et le Premier ministre algérien Ouyahia.
Cette aide financière se compose de 10 M $ de don, de 40 M $ de prêt remboursable sur 15 ans à un taux de 1% avec un délai de grâce de 5 ans et d’un dépôt de 50 M $ à la Banque centrale de Tunisie sans l’ajout d’intérêt sur la somme ainsi déposée.
L’économie tunisienne tourne au ralenti depuis le début de l’année 2011 avec, notamment, une chute de la fréquentation touristique provenant des pays du Nord de la Méditerranée.
La crise libyenne n’a pas arrangé les choses, les autorités tunisiennes étant confrontées à l’arrivée massive de travailleurs étrangers fuyant la Libye.

www.econostrum.info