Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé que la levée de l’état d’urgence était un « pas nouveau » franchi sur la voie de l’élimination de toutes les conséquences induites lors des années noires. « La levée de l’état d’urgence ne signifie nullement l’abandon de l’éradication des résidus du terrorisme. C’est-là un pas nouveau franchi par le pays sur la voie de l’élimination de toutes les conséquences induites lors des années noires », a souligné le président Bouteflika dans son message adressé aux participants à la conférence organisée samedi à la maison de la culture « Abderrahmane Kaki » à Mostaganem, à l’occasion de la fête de la victoire, et lu en son nom par Mohamed Ali Boughazi, conseiller auprès de la présidence de la République. La levée de l’état d’urgence, a poursuivi le président Bouteflika, « sera une nouvelle page ouverte sur la voie des réformes globales (…) qui ne sauront être fructueuses en l’absence de réformes politiques. Ainsi, l’édification matérielle en cours de réalisation va sans nul doute, de pair avec l’édification politique qui visent la construction d’un pays fort, d’un Etat fort avec des citoyens forts ».

APS