Une demie- heure avant l’horaire fixé de la marche à laquelle a appelé la CNCD-Oran, une centaine de personnes ont été interpellés dont, une dizaine de journalistes exerçant dans différents organes de presse privée. Ils ont été « cueillis » l’un après l’autre, ce qui suppose que les services de police étaient instruits de les empêcher coûte que coûte d’exercer leur métier. En effet ces derniers ont à maintes reprises exhibés leurs cartes professionnelles et autres ordres de mission, signifiant de vive voix aux agents de polices qui procédaient à leurs arrestations qu’ils étaient là dans le cadre de l’exercice de leur profession.

En dépit de cela, ils furent embarqués dans des fourgons de polices et conduit au niveau de plusieurs commissariats de la ville.

Par ailleurs les journalistes arrêtés tiennent à dénoncer, de la manière la plus vive, le fait qu’ils aient été désignés sur place, les policiers ayant fait appel à la « collaboration » d’un journaliste connu par toute la profession pour ses accointances avec les services de renseignements. Les journalistes victimes d’entraves graves, dénoncent énergiquement cet abus de pouvoir, contredisant les prétendus discours d’une liberté de la presse en Algérie.

Liste des organes des journalistes arrêtés ce jour samedi Mars à Oran :

Le Soir d’Algérie

Liberté

Le Quotidien d’Oran

El Watan

L’Expression

La Tribune

La Voix de l’Oranie