Le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika a dressé un message à l’occasion de la journée mondiale de l’eau célébrée cette année sous le thème « L’eau pour les villes, répondre au défi urbain ». En voici le texte intégral:
« Un bouleversement démographique majeur a caractérisé les premières années de ce millénaire. Désormais, plus de la moitié de la population mondiale habite dans les ville faisant ainsi, de l’environnement urbain, le premier lieu de vie de l’homme sur terre.

38% de cet étalement urbain est dû au fait de l’extension de l’habitat précaire, tandis que la croissance de la population urbaine, dans plusieurs pays du monde, prend de vitesse le développement des infrastructures.

La gestion des grandes agglomérations est devenue une problématique d’ordre mondial tant les exigences qu’elle implique sont nombreuses et complexes, notamment la couverture des besoins en eau et en énergie.

Les instances internationales ont, à juste titre, placé la célébration cette année de la Journée mondiale de l’eau sous le thème « L’eau pour les villes, répondre au défi urbain ». En effet, l’urbanisation vient se rajouter aux incertitudes sur les changements climatiques, aux catastrophes naturelles et à l’industrialisation pour exercer une pression de plus en plus forte, sur une ressource hydrique rare, fragile et inégalement répartie.

En Algérie, les pouvoirs publics ont hissé, ces dernières années, l’eau au rang de priorité nationale. Des efforts financiers et humains considérables ont été consentis afin de faire du droit à l’accès à l’eau, une réalité pour tous nos concitoyens.

En moins d’une décennie, notre pays a triplé sa capacité de production d’eau potable. 93% de la population sont raccordés aux réseaux publics d’eau potable et 86% aux réseaux d’assainissement, chaque citoyen recevant une dotation quotidienne de 170 litres d’eau conforme aux standards internationaux de potabilité.

La majorité des chefs-lieux de communes du pays reçoivent au quotidien, une eau de qualité et des efforts soutenus sont déployés pour atteindre un approvisionnement en continu dans les grandes agglomérations.

La gestion de l’eau en milieu urbain ne pouvant se concevoir sans une cohérence des politiques de la ville et de l’hydraulique, le schéma national d’aménagement du territoire adopté récemment intègre, à ce titre, tous les éléments pertinents du plan national de l’eau aux horizons 2025.

Par ailleurs, le plan quinquennal 2010-2014, qui réserve au secteur des ressources en eau une enveloppe budgétaire de 870 milliards de dinars, prévoit de consolider cet effort de la collectivité nationale avec la réalisation de 18 nouveaux barrages ainsi que la poursuite des programmes de dessalement d’eau de mer, de réutilisation des eaux usées épurées et d’exploitation des aquifères du Sahara septentrional en transférant leurs eaux vers les Hauts-Plateaux et l’extrême sud là où un réel défi technologique et industriel a été relevé par la mise en service du transfert In Salah-Tamarasset qui a définitivement sécurisé l’accès à l’eau dans cette région.

Pour améliorer les indicateurs de gestion technique des eaux en milieu urbain, la même période verra la réhabilitation des réseaux d’eau potable dans 24 villes du pays. Une opération de même nature concernera les réseaux d’assainissement dans 12 autres agglomérations.

L’intérêt accordé aux villes ne doit pas occulter les populations isolées et vivant en milieu rural. Le gouvernement a été instruit à l’effet de déployer les moyens nécessaires pour améliorer les conditions d’accès à l’eau potable dans les zones éparses. Les algériens sont des citoyens de la même république et ils ont droit à une qualité de service publique similaire, indépendamment de leur lieu d’habitation et de leur condition sociale.

La loi algérienne définit l’eau comme un bien de la collectivité nationale. Sa gestion est un service public et cela restera le cas quels que soient les choix opérés pour ces modes d’exploitation et de gouvernance. Le système tarifaire actuellement en vigueur constitue la meilleure illustration de ce principe.

Progressif et unifié à travers le territoire national, il permet la fourniture d’eau domestique, à un tarif social, aux couches défavorisées de la population et la régulation de la demande des grands consommateurs.

En cette Journée mondiale, je salue les travailleurs du secteur de l’eau en Algérie et les encourage à poursuivre leur tâche pour traduire les efforts considérables de l’Etat dans ce domaine, en amélioration palpable du quotidien de la population.

Je réitère, enfin, mon appel à tous nos concitoyennes et concitoyens pour adhérer à une démarche solidaire de l’économie de l’eau. Source de vie et socle du développement humain, l’eau en Algérie est précieuse et de plus en plus rare. Chaque goutte que nous gaspillons ou que nous polluons, manquera à nos enfants demain.

 

APS