Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a affirmé jeudi que les relations entre l’Algérie et la France « ont été et sont très sensibles et connaissent des hauts et des bas ». Dans un entretien au quotidien Al-Khabar publié ce jour, M. Medelci a indiqué que ce qui est diffusé par les médias français dont les journaux et et les télévisions y compris officielles, et l’appel à voir se produire, en Algérie, les évènements survenus en Tunisie et en Egypte, « n’augure d’aucune évolution dans les relations ». La position de la France était « prudente concernant la situation en Algérie », a-t-il tenu à préciser. Le fait « positif enregistré à ce jour, a-t-il dit, est « le règlement définitif de la question du diplomate Hasseni », affirmant que celle-ci a été « éreintante pour le diplomate, le gouvernement algérien et même le peuple… mais la vérité a fini par éclater ».

APS