Après des mois de silence, la dernière sortie télévisée du président Bouteflika à l’occasion de son discours à la Nation, le 15 avril dernier, a relancé la polémique sur l’état de santé du chef de l’Etat.

Rattrapé par l’âge (73 ans), Bouteflika qui est malade depuis des années (Il a été admis en urgence à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce (Paris) en France, en 2005, pour un bilan médical approfondi à la suite de troubles digestifs), n’a pas convaincu par ses déclarations, mais c’est son affaiblissement physique qui angoisse le plus les algériens qui se demandent si le locataire d’El Mouradia est capable finalement d’assumer ses fonctions jusqu’à la fin de son troisième mandat, en 2014.

Devant cette situation, certains exigent son départ anticipé, à l’instar du maître Ali Yahia Abdennour. Ce dernier a jeté un pave dans la mare en déclarant Bouteflika inapte à assurer ses fonctions de président de la République, lors d’une conférence de presse organisée par les animateurs de la CNCD la semaine dernière à Alger. En effet, le président d’honneur de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) a invoqué l’article 88 de la Constitution pour étayer son propos. Le hic, c’est que Me Ali Yahia Abdenour estime que c’est à l’armée qu’incombe la responsabilité de destituer le chef de l’Etat, ce qui représente une entorse au fameux article 88 de la Constitution.

Le général Toufik sur le départ lui aussi

Les spéculations sur la maladie du président Bouteflika ont remis à l’ordre du jour les rumeurs sur la santé de l’homme fort du pouvoir algérien, en l’occurrence le général Toufik alias Mohamed Mediène, le patron du DRS. Cet homme discret entretient le mystère autour de sa personne à tel point que l’on connaît de lui qu’une seule et unique photo qui circule sur le net. A la tête des services secrets depuis plus de vingt ans, Toufik n’est plus lui aussi de la première jeunesse (il arrive à ses 70 ans). Selon certaines sources, il se serait rendu aux États-Unis en 2010 pour un check-up complet, effectué par des médecins américains.

Selon des informations obtenues par Algerie-Focus.com auprès d’un haut fonctionnaire algérien travaillant au gouvernement, qui a accepté de parler sous couvert de l’anonymat, le général Médiène est en forme, mais il pense prendre sa « retraite » et céder son poste.

« Il y a même deux noms de remplaçants qui circulent » nous a confié notre interlocuteur. Et de préciser : « On parle du patron de la Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE), Rachid Lallali, dit le général Attafi, et du responsable de la Direction de la sécurité intérieur (DSI), Ahmed Kherfi » qui occupe ce poste depuis le décès du général Smaïn Lamari en 2007.

Néanmoins, « c’est vraisemblablement Ahmed Kherfi qui est plus pressenti pour prendre la tête du DRS en cas de retrait de Toufik ». Car, « le général Toufik et le général Attafi ne s’apprécient pas beaucoup » a ajouté notre source.

RAF

Notez cet article