L’hypertension artérielle (HTA) vient en tête des maladies chroniques répandues en Algérie, représentant 4,4% des examens médicaux. A l’occasion de la Journée mondiale de l’hypertension artérielle, les spécialistes affirment que cette maladie occupe la troisième position, en raison de sa gravité et de l’accroissement des risques de mortalité en Algérie et dans le monde et ce, juste après la malnutrition et le tabagisme, car causant 30% de mortalité. La majorité des personnes hypertendues en Algérie ignorent être atteintes de cette maladie car n’ayant pas subi des examens médicaux réguliers, ont souligné les spécialistes. L’hypertension artérielle est l’une des principales maladies qui constituent un fardeau pour la santé publique, car elle est à l’origine de plusieurs autres maladies et complications graves à l’instar du diabète, de l’obésité, des maladies cardiovasculaires, des AVC et de l’insuffisance rénale.

En vue de faire face à cette maladie qualifiée de « dangereuse » par les spécialistes, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a mis en place plusieurs programmes de prévention depuis 2003, dont certains ont été appliqués et d’autres sont en cours de mise en œuvre. Afin de lutter contre cette maladie, les spécialistes préconisent une alimentation saine et la pratique du sport. Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre des personnes hypertendues à travers le monde s’élève à 1 milliard. Un chiffre appelé à atteindre 1.056.000.000 à l’horizon 2025.

(biladi.fr)

Notez cet article