Le palais du Bey de Constantine a abrité ces derniers jours, une grande partie du tournage d’un docu-fiction de plus de 60 minutes dédié au penseur et historien arabo maghrébin, Abderrahmane Ibn Khaldoun, l’auteur des célèbres Prolégomènes. Ce film basé sur l’autobiographie du fondateur et précurseur de la sociologie et de la science moderne portant sur les fondements du pouvoir politique, aujourd’hui appelée politologie, est réalisé par le cinéaste algérien, Chergui Kharroubi, installé actuellement à Bruxelles.

Les deux frères Oussama et Akram Djeghim âgés respectivement de 16 et 25 ans ainsi que l’acteur Dahmane Aidrous , incarnent les diverses tranches de vie de cet illustre homme de sciences et historien, depuis son enfance jusqu’à sa vieillesse et sa mort en passant par son adolescence et sa jeunesse, a précisé le réalisateur de cette £uvre artistique, rencontré, jeudi au palais Ahmed Bey où il supervisait les dernières prises de vue du film.

Le film documentaire produit par Yacine Lalaoui et ponctué par des interviews, des commentaires et des témoignages en voix off apportés par des historiens, d’anthropologues et de sociologues, débute par une séquence sur la mort du personnage avant un flash back remontant le temps jusqu’à la naissance d’ibn Khaldoun, et racontant sa vie, ses £uvres, ses principes, ses positions et sa vie sociale que partage avec lui sa femme dont le personnage est incarnée par l’actrice montante native de Constantine, Mouni Boualem.

Le fondateur de la sociologie et de la science portant sur les fondements du pouvoir politique est considéré comme le précurseur, à l’échelle du monde méditerranéen, de la pensée rationaliste appliquée à la vie des hommes.

Le réalisateur de ce film documentaire a indiqué à l’APS que son produit sera probablement projeté en avant première avant la fin de l’année à Tlemcen dans le cadre de la manifestation ’’Tlemcen2011, capitale de la culture islamique’’ où des prises de vue sont également prévues à Frenda, comme c’est d’ailleurs le cas pour les villes de Bejaia , Biskra (El Kantara) et Alger (la Casbah).

APS