Le ministre de la Communication, Nacer Mehal, a dénoncé jeudi le « trabendisme » qui se pratique, selon lui, sur la scène médiatique, assurant que des mesures seront prises pour lutter contre ce genre de phénomènes.

« Je l’ai dit et je le répète aujourd’hui, le trabendisme sur la scène médiatique où les agréments de titres de journaux se vendent et se revendent, est inadmissible », a déclaré à la presse M. Mehal en marge de la clôture de la session de printemps parlementaire.

Le ministre a affirmé, à ce propos, que des mesures seront prises pour « assainir la situation » et « rétablir les choses dans leur contexte ».

Interrogé sur la révision du code de l’information, M. Mehal a indiqué que les dispositions qui seront contenues dans le nouveau texte visent, en premier lieu, à « protéger le journaliste ».

Il a ajouté que le code de 1990 contenait des « choses positives », mais après vingt ans d’existence, il fallait revoir certains articles pour se mettre au diapason des grandes mutations que connaît le pays.

Le ministre a également indiqué que la carte professionnelle du journaliste sera prise en charge dans le cadre du nouveau texte, qui prévoit la création d’une instance chargée de la délivrance de ce document.

S’agissant de la commission installée au niveau du ministère de la commission pour mettre en place une convention-cadre pour la grille salariale des journalistes, M. Mehal a observé que cette commission « avançait dans son travail », assurant que la grille des salaires qui sera élaborée « sera à la hauteur de la dignité du journaliste ».

APS