Selon El Watan qui cite des « sources proches de la présidence de la République » Bouteflika aurait refusé d’accorder l’asile à Mouammar kadahfi en Algérie. Ce dernier qui se trouverait à Ghadames en compagnie du reste de sa famille, aurait tenté de négocier avec les autorités algériennes son passage à la frontière et pénétrer sur le territoire national, ajoute El Watan.

«El Gueddafi a tenté de joindre par téléphone le président Bouteflika qui a refusé de prendre la communication. Ainsi, un conseiller du Président s’est excusé auprès du leader libyen, prétextant que le président était absent et occupé par les derniers événements survenus sur le territoire national», peut-on lire dans l’article.

«Ce n’est pas la première fois qu’El Gueddafi et des émissaires à lui ont tenté d’entrer en contact avec le Président pour d’éventuelles négociations, mais la position algérienne est claire et neutre et nous refusons de nous immiscer dans les affaires internes libyennes», ajoute la même source.

Alger a accueilli les membres de la famille Kadhafi avec l’accord de leaders du CNT

Selon El Watan, c’est avec l’accord et l’aide de certaines leaders du CNT libyen que les autorité algérienne ont réussi à offrir refuge aux membres de la famille Kadhafi. « Notre source est formelle : «Pensez-vous que le CNT n’est pas au courant du passage de la famille El Gueddafi en Algérie ? Je puis vous assurer que tout cela s’est fait avec l’accord et les assurances de certains membres du Conseil de transition libyen. Aujourd’hui nous essuyons les critiques acerbes de ce même CNT. Sans l’aide et le consentement du CNT lui-même, la famille El Gueddafi n’aurait jamais atteint les frontières.», écrit El Watan. Et d’ajouter : « concernant le sort du Leader libyen, les autorités algériennes seraient inquiètes quant à la possibilité que Mouammar El Gueddafi ne s’allie avec AQMI pour sa survie, «son dernier recours». D’autant que l’Algérie vient d’annoncer l’arrivée de plus de 400 Touareg qui ont fui la rébellion libyenne. »

Ce qui est troublant et contradictoire dans la conclusion de la « source » d’El Watan, c’est que Kadhafi n’a eu de cesse de dénoncer l’implication d’Al Qaida dans la guerre en Libye. Comment se fait-il qu’il accepterait aujourd’hui de faire cause commune avec AQMi, la filiale Maghreb d’Al Qaïda, pour survivre ?

Cette source de la présidence qui se confie à El Watan, semble vouloir préparer l’opinion algérienne à un imminent lâchage de Kadhafi par Alger. Ce dernier est devenu trop encombrant pour les décideurs algériens, ce qui explique le refus de le voir débarquer en Algérie.

Dans la foulée, Mourad Medeleci, le ministre des affaires étrangères, a annoncé sa participation à la Conférence internationale sur la Libye à Paris.

Algérie-Focus.Com avec El Watan