L’Algérie, comme je l’ai mis en relief dans une contribution, a commandé 330.000 tonnes de gasoil en juillet et août 2011 et selon certaines sources-à confirmer ou à démentir par Sonatrach- l’Algérie a importé également de l’essence super sans plomb pour une quantité de 130 000 tonnes pour une valeur d’environ 130 M USD pour juillet 2011, avec autant de quantités en prévision pour le mois d’août. Je me limiterai dans cette présente contribution essentiellement à certains facteurs technico-économiques de l’essence super sans plomb.

Au même titre que les autres carburants, cela devra impérativement être associé à une nouvelle politique des prix ciblée pour optimaliser l’allocation des ressources, éviter les gaspillages et fuite hors frontières (1). Le travail louables de nos services de sécurité et douaniers étant une goutte d’eau dans un désert s’il n’est pas soutenu par une politique économique plus visible et plus cohérente, responsabilité du gouvernement.

1- L’Algérie importe presque tout(75% des besoins des entreprises et des ménages) et exporte une seule ressource (98%) à l’état brut ou semi brut, les hydrocarbures étant une économie totalement rentière.

Pour l’essence sans plomb, des quantités plus importantes seront nécessaires à partir du mois de septembre 2011 qui verra l’arrêt annuel d’un mois pour maintenance de la plus importante unité de production (Reforming de Skikda). Ces quantités seront de plus en plus importantes à l’importation durant les arrêts prévus pour fin 2011 pour l’unité d’Arzew et 2ém trimestre 2012 pour Skikda pour la réhabilitation des unités de production.

La problématique réside dans le fait que l’entreprise Naftal en charge de la distribution des carburants sur le territoire national opte de plus en plus pour une surconsommation de l’essence super sans plomb pendant que la division Raffinage de Sonatrach ne cesse d’augmenter les taux d’éthyilation « consommation importante de l’additif de plomb » et des déclassements des produits aromatiques dans les essences pour répondre à la demande croissante du marché.

Le marché des essences a connu une phase difficile au début des années 90, vite surmontée avec le démarrage en 1993 de la nouvelle unité de Reforming à SKIKDA; L’Algérie passa alors d’un pays importateur à un pays exportateur d’essence. Malgré des écarts dans certaines spécifications (teneur en aromatiques notamment) l’entreprise plaçait à l’exportation l’excédant de sa production de super sans plomb .La nouvelle situation a également permis de réduire considérablement et graduellement la consommation des additifs de plomb dans les essences.

2- L’évolution des spécifications des essences en Europe à partir de 1995 et la prévision d’entrée en vigueur de la nouvelle norme de la teneur en soufre dans le diesel à 10 ppm à compter de janvier 2000, ont constitué les bases de données de la politique de développement et d’adaptation des unités de raffinage en Algérie. L’arrêt des exportations de diesel en raison de l’augmentation constante depuis l’année 2002 de la demande du marché local a conduit à sursoir du projet d’adaptation les unités de désulfuration des gasoils. L’abondance de la production en essences a conduit une surconsommation de l’essence super sans plomb au détriment des autres grades en raison des prix pratiqués, alors que la suppression du plomb dans les carburants n’était pas décidée par les pouvoirs publics.

La situation actuelle, prévisible depuis l’année 2006, a contraint la société à revenir à une surconsommation de l’additif de plomb depuis juillet 2010 et d’arrêter la marche des unités aromatiques pour augmenter la production des essences.

Ainsi, l’équilibre offre–demande est rompu au profit de la demande et l’Algérie reste un des rares pays n’ayant pas abandonné l’utilisation des additifs de plomb. Cette situation a conduit à la rupture de l’équilibre offre-demande malgré les actions entreprises. Même les nouvelles unités en cours de réalisation pour améliorer l’offre en essence semblent déjà dépassées, il est nécessaire de revoir la stratégie de distribution des carburants en adéquation avec les capacités réelles de production.

En précisant que la raffinerie de Skikda produit la majorité de l’essence sans plomb, le projet d’adaptation étant en chantier, rendant ainsi difficile à court terme une suppression de la construction des unités aromatiques. Il s’agit de revoir la politique de consommation du marché en essence pour éviter au moins à l’Algérie l’importation d’un composant pour l’essence, le MTBE en quantité importante induit surtout par l’extraction des aromatiques du pool essence et de la suppression de l’additif de plomb.

3- Il y a urgence, comme je l’ai démontré dans un audit sous ma direction, pour le gouvernement d’une réorientation de la politique des carburants vers les produits issus du gaz et non plus du pétrole(1), l’Algérie étant un pays gazier. Pour éviter des rumeurs dévastatrices nuisibles aux interets du pays, j’appelle à un débat national serein et sans exclusive sur des dossiers sensibles qui engagent la sécurité nationale.

Comme pour le mode de placement et le rendement des réserves de change, produit de la rente des hydrocarbures, la problématique de la durée de vie des réserves d‘hydrocarbures et d’un nouveau modèle de consommation énergétique, un dossier étant en cours, que je dirigerai avec des experts afin d‘éviter que certains qui ne connaissent pas le secteur écrivent n’importe quoi.

D’une manière générale, cela pose la problématique de la trajectoire future du développement de l’Algérie, afin de réaliser la transition d’une économie de rente à une économie hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales.


Professeur Abderrahmane MEBTOUL, économiste


(1) Rapport sous la direction du professeur Abderrahmane MEBTOUL Expert International « simulation pour une nouvelle politique des carburants en Algérie » 8 volumes 920 pages qui devrait être mis à la disposition du public et notamment des universitaires/chercheurs et journalistes car n’étant pas un secret défense document interne Sonatrach/MEM,(2006).

– Voir ouvrage collectif sous la direction de Abderrahmane MEBTOUL regroupant opérateurs de Sonatrach/Sonlegaz avec large diffusion internationale et nationale entre 2007/2009, experts, et professeur d’Université deux tomes ( Edition Dar El Gharb 2006 780 pages) « L’Algérie face aux mutations énergétiques mondiales » où quatre contributions ont proposé des mesures concrètes concernant le modèle de consommation des carburants tenant compte des contraintes externes et internes.