La France Sarkozyste persiste et signe. On se souvient encore des déclarations scandaleuses de l’ex ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, qui avait proposé, le 12 janvier à l’Assemblée nationale, le « savoir faire » de la France au dictateur déchu Ben Ali pour « régler la situation sécuritaire », autrement dit l’assister à réprimer la révolte tunisienne. Il faisait beau d’aller se dorer au soleil en Jet privé aux frais de la princesse et tant pis pour le droit des tunisiens à la dignité.

On voit comment Sarkozy essaye de se rattraper aujourd’hui avec son expédition militaire en Libye.

Toujours dans cette même logique cynique de protéger sa chasse gardée au Maghreb, et par conséquent soutenir les régimes qui la perpétuent, la France a organisé avec le Koweït une rencontre sur le printemps arabe à…Marrakech, la très show-biz ville Marocaine, chère au ghota français.

« Construire la démocratie : rôle et participation des jeunes et de la société civile » était le thème de cet atelier qui a vu la participation des ministres des affaires étrangères du G8 et du monde arabe. Exit donc la Tunisie et l’Egypte, c’est chez Mohamed VI qu’on célèbre le printemps arabe. Incroyable ! Les jeunes du mouvement du 20 février ont du apprécié.

Le roi saura sans doute être reconnaissant pour ce geste, alors que les réformes qu’il a annoncé s’essoufflent et que la société civile marocaine continue de réclamer un vrai changement

La rencontre a été organisée par France Expertise Internationale (FEI), structure créée récemment par le Quai d’Orsay, en partenariat avec la très consensuelle Organisation marocaine des droits de l’homme, autant dire avec Mohamed VI lui même.

Le département d’Etat américain a remis une enveloppe de 500 000 dollars à FEI pour cette occasion. Cet argent servira également à organiser une autre rencontre sur le même thème à Paris en Octobre.

Salah Zahi