Les délégations des Etats-Unis, de la France et d’autres pays occidentaux ont boycotté jeudi le discours de Mahmoud Ahmadinejad au moment où le président iranien prononçait un discours devant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Les diplomates américains ont quitté ostensiblement la salle lorsque l’orateur a déclaré que les attentats du 11 septembre 2001 avaient été un « prétexte » pour les Etats-Unis pour intervenir militairement en Irak et en Afghanistan.

Leurs homologues occidentaux leur ont emboîté le pas peu après.

Dans son intervention, le chef de l’Etat iranien a aussi affirmé que des « puissances arrogantes » menaçaient de sanctions et de représailles militaires quiconque émettait des doutes sur la Shoah et les attentats du 11-Septembre.

Pour lui, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux « considèrent le sionisme comme un concept et une idéologie sacrés ».

« En utilisant leurs réseaux médiatiques impérialistes et sous influence du colonialisme, ils menacent de sanctions et de représailles militaires tous ceux qui émettent des doutes sur la Shoah et les événements du 11-Septembre », a-t-il dit.

A bord d' »Air Force One » emmenant Barack Obama dans l’Ohio, le porte-parole de la Maison blanche, Jay Carney, a rejeté la condamné iranienne.

« Je trouve un peu fort de café que le président iranien se lance dans de telles critiques », a-t-il réagi en accusant à son tour le pouvoir iranien de « maltraiter de façon ignoble » ses propres ressortissants.

Reuters