Alors que les autorités algériennes tergiversent sur l’issue à donner au projet énergétique «Desertec», ce sont les Tunisiens qui avancent leurs pions. Selon des informations obtenues par «Algérie-Focus.Com», les Tunisiens entament une véritable opération séduction pour abriter le projet d’énergie solaire «Desertec».

Le groupement allemand «DII», chargé de la réalisation du projet, vient d’ailleurs d’ouvrir un bureau de représentation permanente à Tunis. Objectif : effectuer en collaboration avec la «STEG», qui est l’équivalent tunisien de la «Sonelgaz», des études de faisabilité du projet «Desertec».

Le choix de la Tunisie est aussi appuyé par un des cofondateurs du projet «Desertec», un homme d’affaires tunisien PDG d’«Uly Soft».

Khalil Mehdi