Une délégation du Conseil national de transition libyen (CNT) effectuera « bientôt » une visite en Algérie, a annoncé mardi le ministre algérien des affaires étrangères Mourad Medelci, en précisant qu’un calendrier sera établi à ce propos.

« J’ai eu, avant-hier, un entretien téléphonique avec M. Mahmoud Jibril, (président du Conseil exécutif du CNT, NDLR) et nous avons convenu qu’une délégation libyenne nous rende visite bientôt en Algérie », a-t-il déclaré à la presse en marge de l’ouverture d’un atelier de l’ONU sur les changements climatiques.

Le chef de la diplomatie algérienne, dans une allusion à la récente guerre verbale entre des responsables du CNT, accusant à maintes reprises l’Algérie de soutenir le régime déchu de Kadhafi, et les autorités algériennes, a ajouté que « la question de la Libye ne doit pas être gérée à travers le prisme quelques fois déformant des déclarations des uns et des autres ».

Selon Mourad Medelci, « il faut rester extrêmement concret, pragmatique et fidèle à ses convictions ». « Nos convictions, c’est que la Libye est un pays frère et nous devons travailler avec ce pays de manière sincère ».

La visite attendue du chef de l’exécutif libyen constitue une étape qualitative supplémentaire, dans la « normalisation » de relations bilatérales, après la déclaration de Mourad Medelci, le 22 septembre à New York, affirmant que « les relations quasi-officielles que l’Algérie entretenait avec le CNT seront transformées en relations officielles ».

Jeudi dernier, Mustapha Abdeljalil, chef du CNT s’étonnait pourtant encore de la non reconnaissance officielle du CNT par Alger. « Nous attendons la reconnaissance des autorités algériennes de la révolution libyenne. Il est étonnant que tous les pays voisins et les peuples frères soient satisfaits de la volonté du peuple libyen et sa révolution, alors que l’on constate le retard de l’Algérie « , avait-il regretté dans un entretien au journal Echourouk.

AP