Un méga complexe sidérurgique à Ballara (Jijel) sera mis en service en 2016. Qatar Steel International supplante Arcelor Mittal en Algérie

0
313

Un nouveau complexe sidérurgique sera manifestement implanté dans la zone industrielle de Ballara, dans la wilaya de Jijel soit à 314 km d’Alger. Il s’agit d’un  méga-projet sidérurgique dont la capacité de production atteindra 4,8 millions de tonnes d’acier. Le complexe en question sera officiellement mis en production à partir de 2016.

Ce méga complexe sidérurgique verra le jour à la faveur  d’un contrat de partenariat entre la partie algérienne avec des holdings qataris. Après plusieurs mois de négociations, les deux parties, algériennes et qataries, sont finalement parvenues à un accord, suivant les nouvelles règles de partenariat édictées par l’ordonnance algérienne sur l’investissement (51%-49%). Des sources officielles proches du dossier précisent que la majorité du capital du méga-projet sera détenu par la partie algérienne à hauteur de 51% et les 49 % reviennent à la partie qatarie.

Dans ce contrat de partenariat présenté sous forme de joint-venture, la partie algérienne sera représentée  par le Groupe Sider et les qataris par deux sociétés, le Qatar Mining (25%) et Industrie Qatar (24%). Les mêmes sources ajoutent que la société «Industries Qatar», devrait investir dans un premier temps 411 millions de dollars.

Selon le site de la société qatarie, le complexe en question sera dénommé «Qatar Steel International» et c’est le ministre de l’Energie et de l’Industrie qatari  Mohamed Ben Salah Essada qui  présidera le conseil d’administration de la nouvelle entité industrielle.

Cet investissement est devenu nécessaire voire impérieux au regard des besoins exprimés par l’Algérie pour faire face aux projets de développement engagés dans le domaine du rail notamment. A ce titre, le ministre de l’Industrie et de la promotion de l’Investissement, M. Mohamed Benmeradi  a rappelé dernièrement sur les ondes de  la radio national que l’Algérie importe pour près de 10 milliards de dollars de produits sidérurgiques, soit près de 20% de sa facture d’importation globale. Et la  consommation annuelle de l’Algérie avoisine quelque 5 millions de tonnes. Cette quantité en produits sidérurgiques  n’a pu être satisfaite jusque là  par le  complexe sidérurgique d’El Hadjar (Annaba), et ce en dépit de la reconduction de la convention d’investissement et de partenariat  avec le groupe indien Arcelor Mittal. Rappelons enfin que le capital du complexe sidérurgique d’El-Hadjar est détenu à 70% par ArcelorMittal et à 30% par le partenaire algérien Groupe Sider.

Yahia Lotfi