Le premier centre africain de recherche et de soins sur le sida sera implanté en Algérie. Cet établissement de recherche, de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA sera construit à Tamanrasset, à 2000 km au sud de la capitale l’Algérie.

C’est ce qui ressort essentiellement de l’accord de partenariat signé  ce lundi à Alger,  entre l’Algérie représenté par le ministre de la Santé et de la Population et de la Réforme hospitalière M. Djamel Ould Abbes, et le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), représenté par le directeur exécutif de l’Onusida, M. Michel Sidibé.

Ce centre qui sera opérationnel dès l’année prochaine,  constituera un véritable pôle d’excellence en matière de recherche, de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA, regroupant  des chercheurs africains, européens et américains qui travailleront en coopération avec l’Onusida.

Selon le ministre algérien, le centre aura pour mission l’identification des axes de coopération sud-sud  dans le domaine de la prévention, de lutte et de soins en Afrique. Même la région choisie devant abrité ce centre n’est pas fortuit, Tamanrasset demeure une région cosmopolite ou  transitent pas s moins de 48  nationalités africaines allant vers l’Europe. Le directeur exécutif de l’Onusida M. Sidibé a qualifié ce projet de « très important » en raison, notamment,  de sa situation géographique (sud de l’Algérie), qui « connaît un important flux migratoire». Et de conclure que L’Algérie sera un « partenaire important  pour l’Onusida », et qu’elle joue un « rôle clé » au niveau continental.

RAF

Notez cet article