téléchargement 150x126 - Communiqué. Quand la diaspora algérienne est ignorée par les candidats françaisLe Forum France-Algérie (FFA) a envoyé le 10 mars 2012 un questionnaire aux candidats à l’élection présidentielle française portant sur les thèmes de la diversité, de la citoyenneté, de l’immigration et de la mémoire-franco-algérienne. Seuls le Nouveau Parti Anticapitaliste et Lutte Ouvrière ont répondu au questionnaire. Nous leur exprimons nos sincères remerciements.

Le Forum France-Algérie regrette l’absence de réponse des 10 candidats au questionnaire. Il rappelle que ses principales préoccupations et revendications s’inscrivent dans l’affirmation des principes républicains et dans la recherche de l’apaisement des tensions inter-communautaires, nécessaire au renforcement de la cohésion nationale et au vivre-ensemble.

Advertisement

Le Forum France-Algérie exprime sa préoccupation quand à l’affaiblissement constaté des valeurs républicaines. Il dénonce la montée en puissance des inégalités de revenu, de la ségrégation spatiale et des discriminations liées notamment à l’origine. Le Forum France-Algérie s’inquiète particulièrement de l’accroissement des tensions inter-communautaires et de la stigmatisation dont sont victimes en particulier les populations d’ascendance africaine et les musulmans de France. Il dénonce vivement les manœuvres politiciennes de ceux qui n’hésitent pas à attiser les  peurs dans l’espoir d’obtenir des bénéfices électoraux à court-terme plutôt que de promouvoir la fraternité et d’œuvrer à la concorde civile.

En matière de lutte contre les discriminations liées à l’origine, le FFA réitère son soutien à la proposition N°1 de Terra Nova visant à permettre la mesure des discriminations liées à l’origine sans obligation de quotas ethniques.

Le Forum France-Algérie se félicite que plusieurs candidats parmi lesquels François Hollande se soient déclarés hostiles aux contrôles au facies. Il formule le vœu de voir ce type de contrôles disparaitre de la panoplie répressive des forces de l’ordre.

Concernant le droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections locales, le FFA se félicite de la position prise par Nathalie Arthaud, François Bayrou, Jacques Cheminade, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélanchon et Philippe Poutou en faveur de l’affirmation de ce droit.

Le FFA regrette également que la situation dramatique des vieux immigrés (chibanis) n’ait pas reçu plus d’attention au cours de la campagne électorale. Il réitère son souhait de voir s’engager un débat national en vue d’aboutir à la reconnaissance pour les vieux travailleurs migrants, de leur droit effectif à la mobilité (sans contrainte) et à la liberté de choix de leur lieu de résidence, qui passerait notamment par un maintien du droit au séjour en France et des droits sociaux (protection maladie, minimum vieillesse), conformément aux préconisations du Haut Conseil à l'Intégration.

Le Forum France-Algérie considère que les populations immigrées et les diasporas présentes sur le sol français sont une chance pour les pays d’origine et d’accueil. Il appelle à cet effet à un renforcement des politiques d’aide au co-développement et à une reconnaissance par les autorités publiques du rôle positif que peuvent jouer les migrants dans le développement de leurs pays d’origine.

En matière d’immigration, le FFA appelle à la régularisation des travailleurs sans papiers employés depuis plus de 10 ans par des entreprises françaises. Il dénonce également les politiques d’octroi de visas et de renouvellement des titres de séjour qui sont par trop répressives, injustes, inhumaines, inefficaces, et souvent contraires aux intérêts de la France. Le FFA souhaite en particulier que soit abaissé le prix des visas (qui correspondent en moyenne  à 1/3 du SMIC algérien en parité de pouvoir d’achat) et qui ne sont pas remboursés en cas de non-délivrance. Le FFA souhaite également que les procédures d’octroi de visas pour les visites familiales soient assouplies. Il appelle à la mise en place d’un large dialogue en vue de refonder au niveau européen les règles de circulation et d’entrée dans l’Espace Schengen des étrangers  non communautaires.

Le FFA considère que la période coloniale puis la guerre d’indépendance du peuple algérien sont entachées d'actes insupportables commis par toutes les parties en présence. Il estime que la France se doit de reconnaître que sa politique coloniale a été menée en contradiction avec ses principes républicains de liberté, d’égalité et de fraternité. La reconnaissance des fautes et crimes commis durant la période coloniale permettrait à la France de faire une fois pour toutes le deuil de l’épisode algérien tout en se projetant vers le futur.

La reconnaissance officielle des fautes et crimes commis durant la colonisation, y compris à l’égard des harkis, permettra par ailleurs de faciliter l’intégration des Franco-Algériens dans la communauté nationale en désamorçant un thème fortement clivant. Nous espérons finalement qu’elle suscitera un effort similaire de la partie algérienne pouvant conduire à terme à une lecture conjointe et apaisée de l’épisode colonial englobant tout à la fois les aspects positifs et négatifs.

Le Forum France-Algérie considère que dans un premier temps les deux mesures suivantes pourraient être prises :

     1. La reconnaissance du crime d’Etat de la manifestation du 17 octobre 1961, à Paris, qui représente le point culminant d'une répression cyniquement planifiée par les autorités publiques françaises: arrestations, emprisonnements, tortures et refoulements vers l'Algérie pour des milliers d'entre eux; assassinats pour des centaines d'entre eux. Ainsi que de la répression du 8 février 1962, au métro Charonne, où les mêmes autorités françaises ont notamment massacré 9 citoyens qui, avec des milliers d'autres, manifestaient pacifiquement contre les crimes de l'OAS et pour la paix en Algérie.

     2. Le libre accès des historiens et des citoyens aux archives de la période d'occupation de l'Algérie.

Le FFA en appelle également à la redéfinition sur des bases résolument différentes de la "Fondation pour la Mémoire de la guerre d'Algérie" placée actuellement aux mains d'associations nostalgiques "des bienfaits de la colonisation".

Enfin, le FFA appelle à la Refondation du Partenariat Euro-Méditerranéen sur des bases durables et équilibrées incluant les acteurs de la société civile. Il soutient également les appels en faveur d’une paix durable au Proche Orient permettant la création d’un Etat palestinien vivant en paix avec Israël dans les frontières de 1967.

Forum France Algérie