« Il faut fermer la boîte à chagrins ! » C’est le général de Gaulle qui utilise cette curieuse expression en septembre 1961. « La boîte à chagrins », dans l’esprit du général, c’est la Guerre d’Algérie, une guerre dont on ne veut même pas prononcer le nom puisque, officiellement en tout cas, on ne parle que d’opérations de pacification… Mais une guerre meurtrière qui n’en finit pas et dont le premier président de la V° République a décidé de se débarrasser au plus vite afin de se consacrer à son grand œuvre : la construction d’une France plus forte, capable de tenir son rang de puissance mondiale…

Et pour atteindre plus rapidement son objectif, de Gaulle est maintenant prêt à céder sur le dernier point qui fait encore obstacle à la paix : le Sahara ! Alors qu’il a jusque là fait preuve d’une rare intransigeance quant au destin de ces millions de kilomètres carrés de sable et de rochers qui, selon lui, n’avaient nulle vocation à appartenir à la future Algérie indépendante… à propos de ce désert, le président avait même parlé d’une invention française, faisant allusion aux formidables richesses en pétrole et en gaz que des ingénieurs français venaient d’y découvrir…

Pourquoi le général a-t-il donc brusquement cédé ? 50 ans après la fin de la Guerre d’Algérie, Monsieur X rouvre un dossier qui comporte encore aujourd’hui nombre de points obscurs !

Source : .franceinter.fr