Paris-Alger : vers une nouvelle entente?

0
98

L’Algérie commémorera le 5 juillet le 50e anniversaire de son indépendance après plus de 132 ans de colonisation française. Une occasion de revenir sur les relations entre les deux pays parfois conflictuelles.

A quelques jours de la commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance,L’Algérie attend des « actes » de la part de Paris. L’ AFP rapporte les propos de Mohamed Cherif Abbes, ministre des moudjahidine (anciens combattants), à la radio publique ; « Après son élection et sa prise de fonction, nous attendons des actes de la part du président François Hollande ».

En mars dernier, M. Hollande avait déclaré « vouloir en finir avec la guerre des mémoires » dans une tribune publiée par El-Watan pour le cinquantenaire de la signature des accords d’Evian.

« Le moment est venu de lui donner une nouvelle impulsion, une nouvelle ambition et de lui conférer toute l’envergure mais aussi la sérénité et la chaleur qui conviennent », a déclaré le nouvel ambassadeur français en Algérie, André Parant en évoquant la relation franco-algérienne.

« Au moment où l’Algérie célèbre le 50e anniversaire de son indépendance, il est temps d’encourager la mise en oeuvre de ce partenariat d’exception dont le président Bouteflika a souvent parlé, notamment dans le message qu’il a adressé à M. François Hollande immédiatement après son élection », a soutenu dit M. Parant, cité par l’agence de presse APS.

De nombreuses personnalités politiques et historiques révendiquent une loi algérienne criminalisant le colonialisme et réclament à la France des excuses pour les crimes commis durant sa présence en Algérie.

Myriama Mokdahi