Image 5 - La santé, l'homme invisible de la société algérienneQui parle de santé en Algérie aujourd’hui ?

Trop peu de monde, et c’est bien le problème. Alors que les préoccupations de santé sont au cœur des politiques publiques de la plupart des pays développés, alors que les Etats-Unis viennent de se munir d’une protection sociale pour tous, l’Algérie oublie, ignore, enterre ses malades.

Et pourtant, ils ne sont pas en reste. En 2011, le nombre de diabétiques en Algérie s’élevait à 3 millions de personnes soit 7% de la population du pays. Chaque année, 40 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en Algérie. Ce n’est pas tout : 49% des algériennes sont en surpoids, dont 16% souffrent d’obésité, d'après l'Organisation Mondiale de la Santé.

Advertisement

Ces chiffres ne sont que des exemples d’une réalité prégnante dans le pays : une dynamique de sensibilisation doit émerger.

La cause ? De mauvaises pratiques, une sensibilisation embryonnaire et une communication irrégulière.

Les médias et les politiques se sont désintéressés du sujet pourtant d’intérêt public. Car oui, la santé est un enjeu des années à venir, au même titre que la diversification économique et industrielle.

Il est nécessaire d’informer, d’intéresser et de prévenir la population sur des problématiques qui la touche directement.

Algerie-Focus souhaite contribuer à une nouvelle dynamique de sensibilisation. Notre rubrique santé, lancée cette semaine, apporte les réponses aux questions que vous vous posez. Chaque semaine, des articles pratiques et chaque mois, un grand dossier sur un thème de santé publique.

Il ne faut pas laisser au hasard un sujet qui touche tant de vies humaines.

Aujourd’hui, découvrez déjà notre dossier santé et ramadan.

- Jeûner plus consommer plus ?

- Le jeûne est-il dangereux pour la santé?

- Les aliments les plus consommés pendant le jeûne

Les bonnes pratiques du ramadan

- Le ministre de la santé appelle à la vigilance pendant le ramadan

La Rédaction.