Samedi, les libyens se rendaient aux urnes pour élire le nouveau parlement. Les libéraux sortiraient vainqueurs des premières élections depuis la révolte qui a détrôné Mouammar Kadhafi de la tête de l’Etat.

Plus de 60% des inscrits libyens se sont rendus aux urnes samedi

Le peuple libyen s’est rendu massivement aux urnes samedi dernier. Avant le scrutin, le taux d’inscription s’élevait à 78% soit 2,8 millions de personnes. L’enthousiasme des Libyens face aux premières élections libres depuis 40 ans était palpable : « Je me sens un citoyen libre », a déclaré Ali Abdallah Derwich, un votant.

Au final, ce sont 60% des inscrits qui se sont déplacés pour aller voter. Dans les villes influentes de Tripoli et Benghazi, certains bureaux de vote ont enregistrés près de 90% de participation.

La coalition des libéraux a déclaré être en tête des élections dans la majorité des circonscriptions de Libye. Au total, plus de 100 partis et environ 3700 candidats s’étaient présentés au scrutin.

Mohamed Sawan, le représentant du parti islamiste proche des Frères musulmans, a même reconnu l’avancée des libéraux sur son propre parti dans les villes de Tripoli et de Benghazi. Dimanche, tous les bureaux de vote n’avaient encore été dépouillés et aucun résultat officiel n’était disponible.

Si le vote a eu lieu sans heurts dans près de 98% des bureaux de vote, quelques incidents sont tout de même à noter. Dans l’est du pays, une personne a été tuée en se rendant à son bureau de vote et des violences ont eu lieu tout le week-end.

A l’inverse de l’Egypte et de la Tunisie, il semblerait que la Libye s’inscrive dans une dynamique libérale plutôt qu’islamiste. Le congrès sera composé de 200 sièges et chargé de nommer un gouvernement de transition pour gérer l’Etat, dans l’attente d’une nouvelle constitution.

Les résultats définitifs sont toujours attendus.

A retenir :

– Les libéraux seraient en tête des élections en Libye

– 60% de participation au scrutin

– 100 partis pour 3702 candidats enregistrés

– 90% de participation à Tripoli et Benghazi

Sarah Haderbache

Notez cet article